Eglise de Bretagnolles (Eure)
logo-facebook
entete
Association pour la sauvegarde et la restauration de l'église de Bretagnolles (Eure)
Accueil du site > Événements > Rencontre historique
Événements

Rencontre historique

Any d’Avray, présidente de l’Association de Sauvegarde de l’église de Bretagnolles et propriétaire de « La Baronnie » de Bretagnolles, Violaine PAULINE, maire de la commune de Bretagnolles, et Jean-Claude Letessier, propriétaire de l’ancienne ferme seigneuriale de Bretagnolles ont invité le 27 mars 2009 Monsieur Yvan du Buc de Mannetot, historien et descendant des anciens seigneurs de Bretagnolles (les du Buc de Normandie, du Canada et des Antilles Françaises).

Bretagnolles : lieu de mémoire de l’histoire de la colonisation française : le célèbre voyageur français Messire Jean VI du Buc du Fontenil, chevalier, seigneur de Bretagnolles... et sergent de la Marine Royale de Louis XIII et Louis XIV y est enterré. Il avait découvert la Martinique et la Guadeloupe en 1635, juste avant son ami Pierre Belain d’Esnambuc ! Ainsi est enfin élucidée la mystérieuse épitaphe trouvée dans l’église.

En effet, entre la table et le Maître Autel se trouve la pierre tombale de celui qui découvrit la Martinique et la Guadeloupe à savoir : Noble Homme Messire Jean VI du Bue du Fontenil, chevalier, seigneur de Bretagnolles, seigneur de Graveron, seigneur de Semerville, de Tournedos à Tournedos-Bois-Hubert, seigneur de Saint-Germain-de-Fresney (canton de Saint-André), (Eure,27) ; seigneur de Flexanville (Yvelines, 78) seigneur du Fontenil à Saint-Sulpice-sur-RisIe (Orne,61) après la mort de son frère aîné Siméon ; maintenu de noblesse le 14 août 1666, cité en 1626, 1657, 1663, 1666, sergent royal de la Marine, voyageur français, voisin et compagnon normand de Pierre Belain d’Esnambuc dès 1626 sur ordre de Richelieu.

Parti de Dieppe avec deux navires, il découvre la Martinique le 23 juin 1635 en débarquant au Carbet avec le soldat Charles Liénard, seigneur de L’Olive, et l’avocat dieppois nommé Jean du Plessis, seigneur d’Ossonville, parent du Cardinal de Richelieu. (Mr Pierre BELAIN D’ESNAMBUC posa le pied à la Martinique le 1er septembre 1635). Face aux terribles cannibales « les Caraïbes » et à la présence de nombreux serpents, ils préférèrent quitter la Martinique avec leur équipage. Le Sieur du Bue du Fontenil de Bretagnolles débarque avec ses amis à la Guadeloupe le 28 juin 1635 pour fonder cette nouvelle colonie chrétienne. Il vend le fief et le château du Fontenil car il perd une partie de sa fortune dans ses voyages et investissements aux îles du vent c’est-à-dire au début de la colonisation des Antilles avec son ami Pierre Belain d’Esnambuc. Son dernier voyage aux Antilles eut lieu en 1657. Il est mort le 30 novembre 1666 dans son Manoir de Bretagnolles et est enterré dans l’église de Bretagnolles sous les marches du Maître Autel dans le chœur » Considéré comme un grand homme de valeur chrétienne, il est enterré dans l’édifice religieux avec l’autorisation de l’Eglise. C’est l’archevêque de Rouen qui procéda à son inhumation en présence de tous les habitants des paroisses voisines. Son épouse Jeanne L’Huillier est inhumée à côté de lui.

Leur plaque tombale en pierre existe toujours, malgré le « grattage » opérée sous la Révolution. Le tombeau ne semble jamais avoir été ouvert, malgré une tentative, semble-t-il : on constate une cassure (avec trou) effectuée probablement par un pieu.

Voici ci-dessous les inscriptions quelque peu effacées notées dans une note historique officielle émanant de Mme le Maire, d’après les travaux de recherches des historiens. Cette épitaphe constatée en ce jour du 27 mars 2009 par Mme le Maire et Mr du Buc de Mannetot, descendant des du Buc du Fontenil et de Bretagnolles, est conforme à la note historique, dont la photocopie a été remise précieusement à Mr du Bue de Mannetot par Mr Letessier et Mme le Maire. Elle est reproduite ci-dessous ;


DU BU ON LIER
SIEUR DE ET DE
FLEXAN , LEQUEL DÉCÉDA
LE 30ème JOUR DE MBRE
1666
PRIER DIEU POUR LUI

Les éléments d’information provenant des archives publiques, et des archives privées de ladite-famille du Buc, permettent d’en donner l’explication précise suivante :


MESSIRE JEAN DU BUC DU FONTENIL CHEVALIER
SIEUR DE BRETAGNOLLES DE SAINT GERMAIN ... ET DE
FLEXANVILLE, LEQUEL DÉCÉDA
LE 30è JOUR DE NOVEMBRE
1666
PRIER DIEU POUR LUI

Le manoir de Bretagnolles n’existe plus, une maison normande a été construite sur les fondations du manoir détruit. Cette maison dite « La baronnie » a été rachetée en 2006 par Mme Any d’Avray. Cette bâtisse historique de Bretagnolles sert d’atelier de création d’art.

« Cette vue et ce calme sont propices à la création artistique » dit Mme d’Avray. En créant une mare d’assainissement à proximité, on a découvert des blocs de pierre et des remblais. Ce domaine appartenait jadis aux barons de Bretagnolles, puis en 1249 à la reine Blanche de Castille qui en fit don à l’abbaye de Montbuisson, donation approuvée par son fils le roi Saint-Louis. Ce fief de Bretagnolles passa dans les mains des du Buc vers 1580. Les du Buc en furent propriétaires jusqu’à la Révolution.

Le manoir de Bretagnolles fut pillé à la Révolution par les habitants de Fresney et de Saint-Germain-de-Fresney, malgré la riposte des habitants de Bretagnolles. On y mit le feu. Le curé réussit à sauver quelques meubles et tableaux de la famille du Buc, et les mis dans son presbytère. Le dernier seigneur est mort sous le nom « citoyen Dubuc-Fontenil » en 1791 dans la misère et la maladie au prieuré de Bretagnolles en présence du curé. Son fils orphelin Antoine II Boyandier « Dubuc Dufontenil Debretagnolles », né en 1783, sera sous la tutelle du curé de Grancourt. Il quittera Bretagnolles pour aller habiter la Seine-Maritime vers Gournay-en-Bray. L’église contient encore le célèbre caveau d’un du Buc, à savoir Jean VI du Buc du Fontenil, célèbre voyageur qui découvrit la Martinique et la Guadeloupe, père de Pierre III du Buc de La Caravelle qui deviendra planteur de canne à sucre, cacao, café, tabac...

Cette femme en robe rouge dans le portrait ci-dessus fut l’épouse du dernier seigneur de Bretagnolles à savoir le chevalier normand Jean VIII du Bue du Fontenil, seigneur de Bretagnolles. Les relations entre les Du Buc normands et les Du Bue antillais ont été mauvaises, à cause des querelles d’héritage. Le « brigand » Pierre III du Buc de la Martinique (qui s’est enfuit de France en 1657 après un duel) et ses descendants n’avaient pas accepté d’être « déshérité » malgré le droit d’aînesse des normands, et des procès s’étaient engagés sans aboutir. Plus tard, la réconciliation entre Du Buc normands et Du Buc antillais aura lieu par acte notarié en 1780 grâce à Monsieur et Madame de Bretagnolles !


Pour en savoir plus sur ce sujet :
www.dubuc-histoire-martinique.fr
carre

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Aidez-nous !

L’association pour la sauvegarde et la restauration de l’église de Bretagnolles est une association loi 1901 publiée au JO du 13 juin 1978. Elle a besoin de votre soutien, par adhésion et/ou par don, pour financer ses actions. Déduction fiscale : 66% du montant versé.

Nous aider
dessin-eglise-petit

Mentions légales | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accès membres

© 2017. Association pour la sauvegarde et la restauration de l'église de Bretagnolles (Eure). Mairie de Bretagnolles.

Retour en haut